Bata Rumba

Daniel Maldonado percussionniste « OMO AÑA »
(fils de tambour du rituel Yoruba)

Dans l’expression de la culture religieuse d’EL YORUBA, les rituels sont accompagnés par les Tambours BATA, par des chants et des danses.
C’est à travers les tambours BATA que s’exprime la culture des Caraïbes venant de l’Afrique ancestrale.

Les tambours BÂTA sont donc le trait d’union qui nous fait remonter l’histoire des Caraïbes jusqu’au racines Africaines les plus primitives.

La RUMBA est la manifestation des fêtes populaires à Cuba. Elle se joue avec les Tumbadoras (Instruments de percussion) : QUINTO, TRES GOLPE, SALIDOR…etc

Les chants racontent les faits de la vie quotidienne, les histoires d’amour et les diverses manifestations sociales du passé â nos jours.

C’est pour conserver le patrimoine culturel de la musique Afro-Cubaine que Daniel Maldonado consacre beaucoup de son temps avec ses Maîtres, à l’étude de la transmission de sa culture par le rituel d’EL YORUBA.

 

La Rumba
Pour ses distractions en dehors de tout contact religieux, le noir d’origines humble créa une forme de musique où il commentait les événements politiques ou sociaux qui l’affectaient d’une façon ou d’une autre.
C’était un genre qui se chantait et se dansait et dont les différents styles constituent l’ensemble musical de la rumba…

La rumba était un moyen de libération et de protestation pour le noir pauvre, en face des régimes esclavagistes qui l’évinçaient du genre humain.

Pour le Dr Fernando Ortiz, éminent folkloriste cubain, l’origine de la Rumba est « ganga » c’est à dire qu’elle vent de ce peuple africain amené à Cuba au moment de l’esclavage.
Mais d’autres éléments musicaux d’origine « yorubas » (Lucumis), Carabali …sont très reconnaissables…

Il existe 3 formes ou styles de rumbas ce sont le Yambu, la Columbia et le Guaganco qui sont incorporés dans le repertoire de
Punto y Aparte